fbpx

Développer l’alimentaire bio français

Les filières courtes sont privilégiées. Léa Nature achète 73 ingrédients (plantes, céréales, fruits et légumineuses) auprès de producteurs, de coopératives ou groupements de producteurs en France.
Pour notre marque Jardin BiO étic nous sélectionnons de nombreuses filières en France.
Dès 2021, une sélection de produits Jardin BiO étic portera le label Origine France Garantie, certifiant que 50% à 100 % du prix de revient unitaire du produit est français (origine France des ingrédients majoritaires, fabrication et conditionnement réalisés en France).

OBJECTIF 2025 : fabriquer en France plus de 80% de nos produits alimentaires.

Développer la cosmétique bio française

Une cinquantaine d’ingrédients cosmétiques est issue de filières régionales.
Deux partenariats locaux ont été mis en place avec les sources thermales des villes de Jonzac et de Rochefort, en Charente-Maritime, proches de la nouvelle usine cosmétique.

OBJECTIF 2022 : fabriquer en France 95% de nos cosmétiques.

origine-vegetale-leanature

Soutenir la structuration des filières bio

Alors qu’en 2019 les aides à la conversion pour l’agriculture biologique ont été prolongées pour 5 années, les aides au maintien de l’agriculture bio ont été supprimées depuis 2018 par le gouvernement.

Un soutien financier abrogé non négligeable car il contribuait à stabiliser une jeune exploitation après ses années de conversion au bio.

soutien-structuration-filiere-bio-leanature

Pour accélérer l’objectif de la France de passer de 7% à 15% de surface agricole utile bio d’ici 2022, nous avons créé en 2018 un fonds de soutien au développement de la filière bio.

Ce fonds est constitué de 5% du résultat net de chacune de nos filiales et dédié à la structuration et au développement des filières bio, toutes origines, avec une attention particulière aux bassins et terroirs français, proches de nos usines.

Nous agissons activement depuis de nombreuses années pour une bio de qualité et française chaque fois que possible.

Des aides adaptées aux besoins des producteurs bio

Avec ce fonds de soutien, nous accompagnons les producteurs et les coopératives dans leurs projets de conversion, de développement ou de maintien de l’agriculture biologique, grâce à différents leviers :

  • aide à la recherche de surfaces cultivables,
  • essais ou expérimentations conjoints avec les producteurs,
  • acomptes sur récoltes pour diminuer l’endettement des producteurs,
  • accompagnement technique,
  • contrats pluriannuels garantissant des débouchés,
  • conventions pluripartites pour structurer toute la chaine d’approvisionnement,
  • participation financière au renforcement du maillage industriel.
soutien-producteurs-bio-leanature

20% de ce fonds sont consacrés à l’accompagnement des projets de conversion au bio au travers de mécanismes de compensation de prix notamment.
Chaque projet fait l’objet d’une co-construction avec les partenaires et associe au besoin les différents acteurs qui participent à la valorisation des produits.

À titre d’exemple, nos biscuits fabriqués chez Jean et Lisette ont fait l’objet d’un travail conjoint associant les producteurs de blé de Charentes, la coopérative de collecte de grains, le minotier qui les transforme en farine et Jean et Lisette, la biscuiterie située à 60km de notre siège social.

Engagés pour une bio de qualité et française chaque fois que possible, nous avons à cœur de développer notre ancrage territorial à travers l’acquisition et la construction d’outils de transformation de produits biologiques proches de nos sites de fabrication.

Ce modèle décentralisé permet de maintenir les savoir-faire et les emplois en région, réduire les « kilomètres alimentaires » et garantir la traçabilité, la qualité de nos produits, ainsi qu’une stabilité des prix pour le consommateur.

 

Deux exemples d’accompagnement grâce au fonds 5% pour la filière pomme bio en France

accompagnement-conversion-bio-leanature

Accompagnement à la conversion au bio

Un producteur de pommes et de poires, installé dans la région de Cavaillon depuis plus de 50 ans a décidé de passer toute son exploitation en bio il y a tout juste 3 ans.
La conversion étant longue, peu de clients suivent. 
Fort d’un savoir-faire dans la sélection variétale de pommes pour obtenir un jus particulièrement doux et fruité, notre fabricant Vitamont a choisi de l’encourager dans sa démarche et s’est engagé à acheter sa production en conversion pour passer convenablement cette période de transition.
Sa prochaine récolte sera 100% bio et Vitamont pourra alors proposer un pur jus de pomme bio de Cavaillon, pressé dans son atelier de Monflanquin (Lot-et-Garonne), puis commercialisé en magasins bio.

Partenariat sur 10 ans

Avec notre conserverie Bioviver et une coopérative de producteurs de pomme bio, nous avons mis en place un partenariat long terme sur 10 ans de mise en culture de 20 hectares de pommiers, 10 ha dans le Sud-Ouest et 10 ha dans le Sud-Est, afin de sécuriser l’approvisionnement local. Plusieurs producteurs de la coopérative ont répondu présents.

Trois producteurs dans le Sud-Ouest et un producteur dans le Sud-Est ont été sélectionnés pour leur connaissance de la production biologique. Nous avons financé l’installation d’un système d’irrigation pour chacun des vergers et assuré une prestation de conseil technique.

Ce projet fournira 1000 tonnes de pommes d’ici 2028, sachant qu’annuellement notre besoin est en forte progression avec 1600 à 1 800 tonnes.

partenariat-filiere-pommes-bio-leanature

L’installation de vergers spécifiques à l’industrie ainsi que la maîtrise agricole de nos partenaires ont permis de travailler sur un prix d’achat juste, en accord avec les besoins et contraintes des producteurs.

Les pommes bio sont utilisées pour la production d’une partie de nos desserts de fruits Jardin BiO étic et Mamie Bio par exemples.

La sélection des variétés « Pinova » et « Dalinette » dans le Sud-Ouest et « Opale » dans le Sud-Est, a nécessité une collaboration étroite entre les partenaires pour garantir une qualité optimum des desserts de fruits.

De nouveaux projets de plantations sont à l’étude dans plusieurs régions de France.